Adénopathie

Sommaire

Vos ganglions sont gonflés ? Il s’agit surement d’une adénopathie. Celle-ci cache une inflammation, une infection, ou même parfois une atteinte plus grave qu’il est nécessaire d’identifier.

Qu’est-ce qu’une adénopathie exactement ? Quelles en sont les causes ? Comment la traiter ? On vous en dit plus.

Adénopathie : comment se caractérise-t-elle ?

L’adénopathie désigne une affection des ganglions lymphatiques, point de rencontre des vaisseaux lymphatiques :

  • elle est d’origine inflammatoire, infectieuse ou tumorale ;
  • elle est généralement secondaire à une maladie affectant une zone voisine des ganglions ;
  • elle est caractérisée par une augmentation du volume des ganglions (on parle d’« adénomégalie »).

À noter : l’adénopathie peut être accompagnée d’une hypertrophie des amygdales ou de la rate.

On distingue :

  • les adénomégalies superficielles, qui sont visibles au niveau de cou ou encore de la nuque, et se détectent au cours d’examens cliniques (palpation des ganglions) ;
  • les adénomégalies profondes, qui touchent le thorax ou encore l’abdomen et sont visibles lors d’examens d’imagerie médicale.

Bon à savoir : les ganglions lymphatiques ont une forme de haricot et permettent la filtration du système lymphatique. Ils sont le lieu de fabrication mais aussi de stockage des cellules qui combattent les infections, et constituent de ce fait le moyen de défense de l’organisme le plus important (avec la rate).

En cas d’adénopathie, les ganglions lymphatiques deviennent plus ou moins durs et plus ou moins douloureux :

  • quand ils sont chauds, rouges et douloureux, l’origine est inflammatoire ;
  • quand ils sont durs, peu augmentés en volume et roulent sous les doigts, alors l’origine est tumorale.

Causes de l'adénopathie

Remarque : toutes les infections vont mobiliser des cellules immunitaires et donc provoquer le gonflement des ganglions lymphatiques correspondant à la région de l’infection.

Les facteurs à l’origine de l’hypertrophie des ganglions lymphatiques sont nombreux et variés. Citons :

  • une inflammation, comme une angine (inflammation des amygdales) ;
  • des maladies infectieuses (d’origine virale ou bactérienne) comme la mononucléose infectieuse, la rubéole, la tuberculose, la toxoplasmose, la varicelle, la listeria, le staphylocoque ou encore la maladie des griffes du chat ;
  • un cancer d’un organe (comme le sein) ou bien un cancer des ganglions eux-mêmes (lymphomes).

Bon à savoir : pour s’assurer qu’il s’agit d’une adénopathie de nature tumorale, il faut faire une ponction ou une biopsie du ganglion. Une adénopathie persistante peut signifier la présence d’un cancer.

Adénopathie : quels traitements ?

Pour traiter une adénopathie, il convient de traiter sa cause. Ainsi, les moyens de s’en débarrasser sont multiples :

  • il peut s’agir de prendre des antibiotiques pour traiter une angine bactérienne ;
  • ou bien de pratiquer une ablation des ganglions lymphatiques en cas de cancer.

Pour aller plus loin :

Ces pros peuvent vous aider